cardano

C’est en 2015 que ADA, la cryptomonnaie du groupe Cardano a été lancée. Sa particularité c’est qu’elle a été pensée avec une approche qualifiée de scientifique. Il a donc fallu à ses créateurs essentiellement composés de scientifiques et d’ingénieurs, deux ans de recherche et une année de développement pour la mettre en ligne à partir d’un ICO de 62 millions de dollars.

Trois groupes à la manette

En somme, il y a trois groupes qui se sont alliés pour donner naissance à l’ADA. D’un côté il y a Cardano Foundation dont le rôle est de gérer les questions juridiques ainsi que le projet Cardano. De l’autre, il y a Input Output Hong Kong qui se charge de trouver de nouveaux outils ainsi que de nouveaux paradigme. Les résultats de ces recherches sont applicables en cryptographie et en architecture des crypto-monnaies. Enfin, il y a Emurgo qui a œuvré à l’adoption de la blockchain Cardano. Ce résultat a été obtenu en investissant dans des startups qui créent des applications sur Cardano, puis en développant des partenariats avec des sociétés qui manifestent l’envie d’user de cette blockchain.

La particularité de (ADA) Cardano

Ce qui entre autres différencie cette blockchain des autres, c’est qu’elle est en open-source en plus d’être complètement décentralisée. Ainsi, il est possible de créer et de développer facilement des dApps. Mais plus précisément, cette blockchain a pour ambition de proposer des fonctionnalités beaucoup plus complètes et complexes.

En la matière, Cardano propose d’opérer une séparation entre les paiements et les applications créés, ce qui s’oppose déjà au mode de fonctionnement de Ethereum, même si ADA est souvent surnommé l’Ethereum japonais. Ce que Cardano envisage, c’est de garder secret le montant payé aux salariés d’une entreprise dans le cadre d’un smart-contrat.

Cardano vise aussi l’échange de valeur avec d’autres blockchains dans le but de fournir des preuves de preuve de travail. Cela est possible grâce au Sidechains KMZ, un protocole grâce auquel la couche de paiement et celle de développement pourront communiquer mais dans une certaine limite.

De même, il y a la technologie Ouroboros de Cardano qui permet de fournir des preuves d’enjeu uniques en leur genre. En effet, il s’agit d’une technologie qui permet de faire une vérification peer to reviewed, autrement dit, vérifié pas des scientifiques, comme le veut la méthode de création de cette blockchain.

Le fonctionnement de la blockchain

Il s’agit d’une plateforme faite de plusieurs couches ; la conséquence, c’est que cela favorise des mises à jour régulière du système en plus de faciliter l’entretien de la blockchain.

Il y a donc deux couches divisées en plusieurs sous-couches. La première est dite de transition et comprend Cardano Settlement Layer, c’est le niveau qui concerne directement la blockchain ainsi que le transfert de valeur. Il y a aussi le registre de valeur propulsé par le token et qui divise ADA en 6 décimales. Donc 0,000001 = 1 Lovelace. La seconde couche quant à elle est celle des Apps et elle contient Cardano computation Layer, le stockage des opérations et d’autres sous-couches.